Armement Français: Le Cas Du Rafale De Dassault

Depuis son premier vol en 1991, le Rafale a toujours été considéré par les spécialistes comme l’avion de chasse le plus abouti techniquement. Il ne s’était pourtant jamais vendu à l’export avant 2015, et ce pour deux raisons: le prix élevé et l’aspect politique, avec des clients qui privilégiaient leurs partenaires militaires historique. Mais les temps ont changé et 2015 a été une année phare pour le Rafale, pour Dassault Aviation et pour l’exportation d’armement français. Les 16 milliards d’euros de commandes enregistrés en 2015 par la France constitue un record. La stratégie commerciale de Dassault Aviation est fortement liée aux fluctuations des sphères géopolitiques et économiques. Ainsi son activité civile a baissé en 2015 avec 45 jets d’affaires vendus, contre 90 en 2014. L‘avionneur subit le ralentissement de la croissance de ses acheteurs potentiels : les pays émergeants comme la Russie, le Brésil ou la Chine. Au contraire, le militaire se porte bien, la vente des Rafales représente pour le groupe Dassault près de 10 milliards d’euros de recettes, étalées sur quatre années.

Pour ce premier essai, l’avion restant à basse vitesse, les volets de bord de fuite ne sont pas sollicités. Le lendemain, lors du deuxième vol, un problème est constaté sur ces volets, qui ne rentrent pas, un problème causé par la flexion de l’aile en vol. Des modifications mineures sont effectuées sur les mécanismes et le problème est résolu pour le 7e vol. Des essais ont ensuite lieu au Centre d’essais en vol de Brétigny-sur-Orge à partir du 16 juin. Après des essais jugés satisfaisants, la Caravelle est autorisée à être présentée lors du Salon du Bourget, sans toutefois avoir le droit de se poser sur l’aéroport. Au mois de septembre, l’appareil passe le cap des 100 heures de vol et en novembre, la compagnie Air France annonce son intention de commander 12 Caravelle. Le second prototype fait un premier vol, piloté par Léopold Galy, le 6 mai 1956, moins d’un mois après sa sortie des ateliers. Utilisé pour les essais en vol entre le 1991 et début 1996, le Rafale C01 est aujourd’hui stockés dans les hangars de l’Element Air Rattaché (EAR) 279 de Châteaudun. Reconnaissable par sa peinture noire, cet appareil dispose de modifications et d’améliorations par rapport au Rafale A, et est relativement proche des appareils de série de la version C (Chasse) pour l’armée de l’Air. Après une première période riche en expérimentations et une seconde beaucoup plus calme, cet unique Rafale s’apprête à entamer une troisième vie. Par la suite, il va être acheminé par la voie terrestre dans les ateliers industriels de l’aéronautique (AIA), installés sur l’aéroport civil de Clermont-Ferrand. Dans ces structures dépendantes du Service Industriel de l’Aéronautique (SIAé), le C01 va être dépeint de sa célèbre et mythique robe noire, pour être repeint dans la livrée grise opérationnelle des Rafale Air. Après la pose de sa nouvelle livrée, il rejoindra définitivement le site de Balard, à Paris.