Le Suédois Saab Joue Gros Avec Son Nouvel Avion De Chasse

Modeste parmi les géants de l’armement, le suédois Saab joue gros avec son nouvel avion de chasse, le Gripen E, baptisé aussi Gripen NG (nouvelle génération), dont le premier prototype est présenté ce mercredi dans le royaume scandinave. L’appareil a pour ambition de rivaliser avec le F-35, l’Eurofighter ou encore le Rafale. Un défi culotté pour un groupe au chiffre d’affaires d’à peine 2,9 milliards d’euros en 2015.

Contrôlé par le suédois Investor, le bras financier de la famille Wallenberg, Saab est parvenu jusqu’à présent à rester à flot. Proposant aussi des petits avions à usage civil et toute une gamme d’équipements allant du radar au sous-marin, le groupe peut compter sur le soutien des gouvernements qui se succèdent à Stockholm. Et ce au nom du maintien d’une industrie nationale de l’armement dans ce pays non-membre de l’Otan. Ainsi son armée compte-t-elle une centaine de Gripen C/D, version actuelle du chasseur multirôle (chasse, attaque, reconnaissance).

Un avion meilleur marché que ses rivaux

Cet appareil-là, Saab a réussi à le vendre à l’Afrique du Sud (28 exemplaires) et à la Thaïlande (12), à la Hongrie et à la République tchèque (14 chacune en leasing). Moins lourd que ses rivaux, le monoréacteur suédois a l’avantage d’être meilleur marché. Pour des clients très regardants sur les coûts, cela peut compenser un niveau moyen de performances généralement considéré comme un peu inférieur.

Le moment est donc venu pour Saab de proposer une nouvelle version, E (pour un pilote), qui sera suivie du F (pour deux pilotes). « Si le concept de base reste le même, c’est un appareil assez différent du « vieux » Gripen. Il est plus grand, a un réacteur plus puissant [une variante du F414 de General Electric, NDLR], peut embarquer plus d’armes et des systèmes électroniques plus performants », observe Gunnar Hult, professeur de technologie militaire à l’Ecole militaire suédoise.

Outre la Suède, qui en a commandé 60, le Gripen E a déjà convaincu le Brésil, qui a décidé l’an dernier d’en acheter 36 unités, à produire chez lui. Saab ne désespère pas de reconquérir le marché suisse, si Berne lance un nouvel appel d’offres. Le précédent s’était soldé par une commande de 22 Gripen E/F, annulée après un référendum négatif.

Rester seul ?

De plus, Saab parie sur le renforcement de la coopération militaire entre Suède et Finlande, elle aussi non-membre de l’Otan, pour placer le chasseur à Helsinki. Belgique, Autriche, Inde, Indonésie et Malaisie sont également en ligne de mire. Mais le groupe, qui espère vendre quelque 450 Gripen dans les vingt ans à venir, pourra-t-il tenir longtemps face à ses grands rivaux ?

« Ce n’est pas raisonnable de continuer à produire un avion aussi avancé sans un partenaire, par exemple dans un pays où Saab obtiendrait une grosse commande « , avance Gunnar Hult. Saab coopère déjà avec Boeing en vue de remporter l’appel d’offres d’avion-école lancé par l’armée américaine. En cas de contrat, cette activité aurait, pour Saab, « un potentiel plus grand que le Gripen « , estimait il y a un an son PDG, Håkan Buskhe.