L’AESA avertit les opérateurs d’Airbus A321neo au sujet d’un problème de «pitch excessif»

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a alerté les exploitants de l’Airbus A321neo d’un problème potentiel de tangage excessif. Comme de nombreux professionnels de l’aviation l’ont noté, le problème est similaire à celui pour lequel le logiciel MCAS de Boeing sur le 737 MAX a été développé.
Selon un rapport de FlightGlobal, les révisions ont été rendues nécessaires après l’analyse de la gouverne de profondeur et des ailerons de l’avion, selon l’EASA. une consigne de navigabilité (CN) le 17 juillet 2019.
Le régulateur a déclaré qu’une assiette en tangage excessive pouvait se produire dans certaines conditions et lors de manœuvres spécifiques », avertissant que la condition pouvait entraîner une réduction du contrôle» de l’avion. Par mesure de sécurité, l’AESA a ordonné aux opérateurs de l’A321neo de mettre à jour les manuels de vol par la suite, dans les 30 jours suivant l’AD.
Airlinerwatch souligne que le MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) installé sur le MAX était également destiné à empêcher un tangage excessif »de l’avion. Le logiciel abaisserait le nez de l’avion si le capteur AOA (Angle d’attaque) détectait une pente trop raide.
Cependant, selon Air Insight, le système fly-by-wire existant d’Airbus est plus étendu »que sur les jets MAX, ce qui devrait garantir un fonctionnement sûr de l’A321neo une fois la procédure ordonnée exécutée. On ne sait toujours pas si une modification logicielle sera nécessaire pour le type.
L’A321neo est entré en service en mai 2017, avec l’ancienne Virgin America (maintenant Alaska Airlines), en même temps que le Boeing 737 MAX. Membre de la famille d’avions Airbus A320, l’A321neo est la variante de nouvelle génération de l’A321. Le jet à fuselage étroit a une portée maximale de 7 400 km (4 000 nm) et peut accueillir jusqu’à 220 passagers dans une configuration typique à deux classes.